Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Veuillez choisir votre langue de préférence à droite de l’écran

Langues - Canada

Renseignements sur les produits

14 juillet 2020

Points de vue gestion slc : les éclosions augmentent dans le monde et les taux restent bas

Un bond du nombre de nouveaux cas de COVID-19 à Beijing ces derniers jours a entraîné des fermetures d’écoles et des annulations de vols alors que la Chine tente d’enrayer la menace d’une deuxième vague. 

Téléchargez la version PDF

Un bond du nombre de nouveaux cas de COVID-19 à Beijing ces derniers jours a entraîné des fermetures d’écoles et des annulations de vols alors que la Chine tente d’enrayer la menace d’une deuxième vague. Aux États-Unis, où les taux d’infection augmentent dans plusieurs États, la réouverture du pays suscite le même genre de craintes. Après une certaine inquiétude, les marchés ont finalement mis leurs préoccupations de côté – pour le moment.

Cela nous rappelle que la vigilance et les mesures de distanciation physique sont toujours nécessaires. Il faut donc s’attendre à ce que les consommateurs demeurent prudents. Le début de reprise en Chine en témoigne. Malgré un rebond de l’activité industrielle, les ventes au détail restent à la traîne. Les économies mondiales étant en récession, les échanges commerciaux sont également faibles.

Cette tendance du secteur manufacturier à se redresser bien avant celui des services est évidente dans la plupart des grandes économies. Même si la capacité d’offre se rétablit, la demande, malgré un début d’amélioration, reste anémique.

Durant sa réunion de politique monétaire cette semaine, la Banque du Canada a clairement indiqué qu’elle n’avait aucune intention de relever les taux d’intérêt prochainement. Le gouverneur Tiff Macklem a répété qu’il souhaitait voir la reprise économique s’installer avant toute augmentation du taux directeur. Le statu quo durera donc jusqu’à un stade avancé de 2022. Ces indications sont très semblables à celles de la Fed aux États-Unis.

Bien que la Banque du Canada ait déjà gonflé son bilan pour soutenir les achats d’actifs, M. Macklem a rapidement précisé que l’institution disposait de capacités suffisamment importantes pour faire plus, au besoin.

Le gouverneur a également souligné que les premières mesures prises pour soutenir et normaliser les marchés semblent porter fruit. Même s’il s’attend à voir l’économie croître au troisième trimestre, M. Macklem a néanmoins tenu à rappeler que « même le scénario favorable est plutôt sombre ».

Le point sur le marché obligataire

Nos marchés continuent d’évoluer au gré des annonces de politique monétaire et budgétaire. Les données et les tendances économiques sont devenues beaucoup moins prévisibles en cette ère de bouleversements. Les économistes ont commis des erreurs de prévision sans précédent, comme le montrent les rapports sur l’emploi de mai publiés tant au Canada qu’aux États-Unis.

La Banque du Canada a annoncé des programmes totalisant plus de 20 % du PIB, mais certains ont davantage servi que d’autres. Du côté des programmes de transfert de risques, les achats d’obligations et de bons du Trésor du Canada ont atteint le montant le plus élevé (260 milliards de dollars). À l’inverse, les programmes d’achat d’obligations provinciales et d’obligations de sociétés (respectivement de 4 milliards et 60 millions de dollars) ont déçu par leur taille.

Nous avons utilisé le programme provincial pour vendre certaines de nos obligations provinciales à court terme les moins liquides à des prix plus raisonnables que ceux que nous aurions autrement obtenus. La Banque du Canada a également soutenu les marchés en augmentant ses prises en pension d’actifs d’environ 200 milliards de dollars par rapport à leurs niveaux normaux.

Au Canada, les marchés du crédit continuent d’évoluer au gré de l’option de vente implicite de la banque centrale, et les écarts de crédit se sont resserrés d’environ 20 pb depuis début juin. Ils se sont rétrécis de 104 pb par rapport à leurs sommets de mars et dépassent de 66 pb leurs niveaux de la fin de 2019. Les taux d’intérêt au Canada restent proches de l’extrémité inférieure de leur récente fourchette et, à l’exception des taux des obligations à 30 ans, frôlent pour la plupart des creux record.

Si, dans l’ensemble, les titres à revenu fixe n’ont pas attiré de flux de capitaux importants, la concurrence (notamment de la part des régimes de retraite) sur le marché canadien du crédit s’est intensifiée.

Mandat privé de titres de créance de base Avantage Sun Life1

La duration du Mandat de titres de créance de base Avantage a varié de neutre à légèrement courte. Dans les deux dernières semaines, nous nous sommes départis de certains placements dans le secteur de l’énergie pour acheter des obligations fédérales, ce qui a rendu la stratégie moins sensible aux écarts. Nous maintenons une sous-pondération d’environ 5 % d’obligations fédérales, et une plus forte sous-pondération d’obligations provinciales. Nous affichons une surpondération d’obligations de sociétés d’environ 27 % qui est principalement attribuable à l’exposition aux titres de sociétés libellés en dollars américains.

Comme toujours, nous continuons de mettre l’accent sur nos Clients et de les aider en ces temps difficiles. Si vous avez des questions sur nos portefeuilles ou nos plans de poursuite des affaires, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

RENSEIGNMENTS IMPORTANTS

Les points de vue exprimés sont ceux de Gestion SLC, sous-conseiller du Mandat privé de titres de créance de base Avantage Sun Life pour lequel Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. est le gestionnaire de portefeuille. Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente.

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des courtages, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Les investisseurs devraient lire le prospectus avant d’investir. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement antérieur ne constitue pas une indication de leur rendement futur.

Le présent commentaire est publiée par Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. et expose des renseignements sous forme résumée. Elle est fournie à titre indicatif seulement. Le commentaire ne vise aucunement à donner des conseils précis en matière de finances, de droit, de fiscalité ou de placement. Les points de vue exprimés sur des sociétés, des titres, des industries ou des secteurs de marché particuliers ne doivent pas être considérés comme une indication d’intention de négociation à l’égard de tout fonds commun de placement géré par Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. Ils ne doivent pas être considérés comme un conseil en placement ni une recommandation d’achat ou de vente. L’information contenue dans ce commentaire provient de sources jugées fiables. Cependant, aucune garantie expresse ou implicite n’est donnée quant à son caractère opportun ou à son exactitude. Ce commentaire peut contenir des énoncés prospectifs concernant l’économie et les marchés, leur évolution future, ainsi que des stratégies ou des perspectives. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les rendements futurs. Ils sont de nature spéculative et aucune décision ne doit être prise sur la foi de ces derniers.

Gestion SLC est la marque qui désigne les activités de gestion d’actifs institutionnels de la Financière Sun Life inc. (la « Sun Life »). Gestion de capital Sun Life (Canada) inc. utilise cette marque pour exercer ses activités au Canada.

© Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc., 2020. Placements mondiaux Sun Life (Canada) inc. et Gestion SLC sont membres du groupe Sun Life.

Articles Connexes